Comment faire pousser un chêne à partir des glands ?

Plus répandus autrefois dans la forêt, les chênes constituent aujourd’hui une espèce en voie de disparition. Cette diminution est due au fait que les glands et les jeunes pousses des chênes sont consommés par certains animaux de la forêt. Vous souhaitez mettre en valeur par sa graine l’arbre pour l’aider à trouver sa valeur d’autrefois ? Cet article vous apporte une multitude de solutions.

Qu’est-ce qu’un chêne ?

Le chêne est le nom vernaculaire des espèces d’arbres et d’arbustes qui appartiennent au genre Quercus. Ce genre est présent dans tout l’hémisphère nord et s’étend des froides altitudes jusqu’aux zones tropicales. Il comprend deux espèces de chêne. L’une à feuilles caduques et l’autre à feuille persistante. La particularité de ces deux espèces est que celle à feuillage caduc laisse tomber ses feuilles en automne tandis que celles à feuillage persistant conservent ses feuilles en hiver et sont des arbres qui poussent fréquemment sur les rivages méditerranéens. Pour trouver le groupe auquel appartient un chêne, on se base sur le feuillage. Les chênes verts présentent des feuilles pointues et rigides avec de fins poils, par contre le feuillage des chênes blanc est arrondi et large.

Lire également : Quel type d’éclairage choisir pour votre intérieur ?

Les étapes à suivre pour produire les chênes

La propagation des chênes est bénéfique pour la nature. Pour faire leur multiplication, vous avez besoin d’un pot rempli de terre et d’un gland puis suivre les étapes primordiales. Ne prenez pas les premières vagues de graines qui tombent de l’arbre, attendez la deuxième vague. Rassemblez une quantité extrêmement suffisante de glands pour pouvoir multiplier vos chances d’obtenir un bon résultat. Vérifiez le feuillage pour se rassurer du groupe auquel appartiennent les graines que vous avez cherchées et mettre une étiquette sur les récipients pour pouvoir les déterminer après. Évitez les glands qui présentent des aspects défavorables comme des trous abritant des insectes et ceux qui sont moisis. Trempez les glands que vous avez sélectionnés pour la plantation afin d’effectuer, un second trie. Ceux qui sont immatures ou endommagés, flotteront vers le haut. Retirez-les et les jetées, car elles ne germeront pas. Enfin préparé les glands en leur faisant un traitement appelé stratification. Plantez les glands sous le sol à environ 2 centimètres de profondeur puis arroser. Une fois que vous obtenez les premières plantules, faites le repiquage de ces plantules sur le lieu où vous voulez obtenir la plante finale.

A voir aussi : Composteur en bois : La solution parfaite pour le compostage domestique ?